Joomla Slide Menu by DART Creations Accueil / Médiathèque / Rencontres de la Médiathèque / Aspects du grand récit minier en Nouvelle-Calédonie

Aspects du grand récit minier en Nouvelle-Calédonie /

Imprimer Envoyer

Rencontres de la Médiathèque – Avec Eddy Banaré, docteur en littérature, Université des Antilles-Guyane

Jeudi 12 avril, à 18h15, case Eman

Site_minier_de_Poya__Eddy_Banar_CopierCette intervention s’intéresse à près d’un siècle de productions littéraires. De la seconde moitié du XIXe siècle jusqu’aux années 1950, chroniqueurs, poètes, nouvellistes et romanciers ont contribué à la création d’une mémoire fondée sur la figure du pionnier. Le pionnier, véritable agent civilisateur et bâtisseur de la colonie, apparaît donc d’abord comme une légende construite. Celle-ci a principalement permis d’occulter la mémoire maudite de la colonisation pénale en Nouvelle-Calédonie au profit d’une rhétorique coloniale. Des auteurs tels que Jules Garnier, Georges Baudoux ou Jean Mariotti ont ainsi contribué à entretenir une représentation idéalisée de l’histoire coloniale. Ils ont élaboré un grand récit à partir duquel une partie de la société néo-calédonienne s’est édifiée.

Et c’est parce qu’il parle du premier secteur économique que ce « récit minier » est révélateur. Quelles sont les particularités de ce récit ? Quelles en ont été les grandes séquences ? Quelles représentations en sont nées ? Comment ont-elles été actualisées ? Si l’on considère que la revendication politique kanak est une réponse aux discours qui se sont constitués depuis 1853, l’activité minière y tient une place qu’il est peut-être nécessaire d’analyser en dehors du seul prisme de l’économie.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (100 places)



Partager
Retour à Rencontres de la Médiathèque
Accueil - Mentions légales - Plan du site - Contactez-nous