Joomla Slide Menu by DART Creations Accueil / Spectacles / Programmation / Les âmes frères

Les âmes frères /

Imprimer Envoyer

Jeudi 8 (complet), vendredi 9 et samedi 10 décembre 2011 à 20h, salle Sisia

Les âmes frères est un duo néoclassique durant lequel, deux danseurs, Julien Lestel et Gilles Porte, au travers d’une gestuelle fluide, limpide et puissante, se livrent sans répit pendant une heure.

Les deux interprètes ont suivi le même apprentissage à l’école de danse du ballet national du théâtre de l’Opéra de Paris puis une carrière similaire dans le ballet de l’Opéra de Paris, celui de l’Opéra de Zürich et celui de Marseille.

Ayant toujours travaillé ensemble ils enchaînent les mouvements dans une osmose parfaite. Ils nous livrent  leur histoire et dansent en poussant leurs limites toujours plus loin. Une histoire d’amitié indestructible où le principal souci de l’un est de mettre en valeur l’autre. Dansant à l’unisson dans une synchronisation parfaite, leurs corps ne forment qu’un et comme deux lianes qui ondulent, ils s’emmêlent et se démêlent, se nouent et se dénouent pour atteindre la perfection du mouvement.

Leur venue permettra aussi d’initier la résidence de création du prochain spectacle de Richard Digoué, « Le Sacre du printemps », qui sortira en 2012 au centre culturel Tjibaou et unira sur scène 5 danseurs locaux et 5 danseurs de la compagnie Julien Lestel.

Voir un extrait vidéo

Plein tarif : 2 500 F - Tarif réduit : 2 000 F (moins de 18 ans, plus de 65 ans, ou les titulaires de cartes d’étudiants, d’apprentis, de demandeurs d’emploi ou d’Aide Médicale Gratuite type A) - Tarif enfants : 1 250 F - Forfait famille (2 billet adultes et 1 billet enfant) : 5000 F.


Compagnie Julien Lestel
Danseurs : Julien Lestel, Gilles Porte
Chorégraphie : Julien Lestel
Photographies : Anne Deniau
Lumières : Max Haas
Costumes : Patrick Murru
Musiques - Compositeurs : Art Zoyd et Philip Glass
Site : www.compagniejulienlestel.com


L’ADCK – centre culturel Tjibaou remercie Manuel Touraille, directeur du Rex Nouméa, pour avoir accepté de collaborer à ce projet en accueillant la résidence des deux danseurs en ses lieux.

 

Julien LESTEL

« Passionné par mon art et désireux de m’investir dans un travail de recherche chorégraphique, j’ai créé la compagnie Julien Lestel. Mon propos est d’emmener le spectateur vers une émotion suscitée par la gestuelle et de l’entraîner dans une dynamique où se côtoient puissance, sensualité et poésie mises en valeur par la technique virtuose des interprètes. »

« Ma recherche est centrée sur la création de mouvements fluides sans retenue, mais aussi de mouvements brisés où, dans les ruptures de rythme, se conjuguent force et douceur, aspérité et harmonie, laissant transparaître une sincérité et une intimité puisées au plus profond de soi. Là, l’interprète met son âme à nu en poussant ses limites toujours plus loin et la performance technique, toujours présente, trouve son véritable sens dans une virtuosité contrôlée. »

Danseur soliste
Artiste chorégraphe

Formé à l’Ecole de Danse du Ballet National de l’Opéra de Paris et au Conservatoire National Supérieur de Paris où il obtient un premier prix durant cette période d’apprentissage, ses professeurs sont Daniel Franck, Gilbert Mayer, Cyril Atanassoff, Serge Golovine et principalement Maître Yves Brieux.
Il travaille ensuite avec Rudolph Noureev qui lui propose de danser Cendrillon au théâtre San Carlo de Naples.
Il intègre ensuite des compagnies prestigieuses comme les Ballets de Monte Carlo, le Ballet National de l’Opéra de Paris, le Ballet de Zürich (où il est nommé danseur principal) puis le Ballet National de Marseille.

Julien Lestel travaille avec les plus grands chorégraphes : Noureev, Robbins, Kylian, Forsythe, Preljocaj, Roland Petit, Pina Baush, Lucinda Childs, Carolyn Carlson, David Dawson, Thierry Malandain… et danse les chorégraphies de Petipa, Balanchine, Neumeier, Scholz, Lifar, Ashton, Nijinsky…

En juillet 2006 tout en étant soliste au ballet national de Marseille il crée sa propre compagnie « Compagnie Julien Lestel ». En octobre 2006, il crée le ballet Chopin Danse. En juin 2007, à la demande de Frédéric Flamand, directeur du Ballet National de Marseille, il chorégraphie une pièce pour la compagnie Somewhere pour treize danseurs. En janvier 2008 Pierre Cardin l’accueille dans son théâtre à Paris pour présenter la première de son ballet Les âmes frères.

En juin 2009, il crée Constance à l’Opéra de Marseille. En novembre de cette même année, il remonte Somewhere pour un groupe de danseurs de l’Opéra de Paris.
L’Opéra de Marseille accueille sa création Anastylose le 30 juin 2010 avec au piano, le célèbre pianiste François-René Duchâble puis Pierre Cardin lui confie la chorégraphie de sa nouvelle production Casanova. Il travaille parallèlement à l’écriture d’un nouveau ballet sur une création musicale du compositeur Karol Beffa.

Julien Lestel participe en tant que chorégraphe et danseur à de grands évènements prestigieux et féeriques comme Les fêtes de nuit du château de Versailles, Les nuits de feux de Chantilly, Les Aquascénies d’Aix-les-Bains, Les Pyroconcerts de Talloires. Egalement pour la ville de Grenoble, pour le 60ème anniversaire de la libération des camps de concentration, ou pour la ville de Nohant au château d’Ars, ou encore pour le bicentenaire de la naissance de George Sand.

Il travaille ainsi avec des metteurs en scène comme Jean-Eric Ougier et collabore avec des artistes de grand renom comme les comédiens Macha Méril, Marie-Christine Barrault, Pierre Arditi, les pianistes François René Duchâble et Jean-Marc Luisada et le violoniste Laurent Korcia...

 

Gilles PORTE

Danseur soliste
Assistant chorégraphe

Formé à l’école de danse de l’Opéra National de Paris dirigée par Claude Bessy, il travaille avec Serge Golovine, Daniel Franck, Lucien Duthoit et Gilbert Mayer. Il est engagé ensuite dans le corps de ballet du théâtre national de l’Opéra de Paris sous la direction de Patrick Dupond puis de Brigitte Lefèvre. Il est « quadrille » puis promu « coryphée ».
Gilles Porte danse les chorégraphies de Rudolph Noureev, Petipa, Bournonville, Balanchine, Graham, Cunningham, Bagouet et travaille avec Patrice Bart, John Neumeier, Angelin Preljocaj, Carolyn Carlson, Roland Petit qui le choisissent pour leurs créations. Il rejoint ensuite les ballets de Zürich sous la direction de Heinz Spoerli où il danse les chorégraphies de Van Manen et Spoerli.
Il est ensuite engagé danseur soliste au Ballet National de Marseille sous la direction de Marie-Claude Pietragalla puis de Frédéric Flamand. Il danse les chorégraphies de Pietragalla, Rui Horta, Gvoski, Bournonville, Balanchine, Robbins, Forsythe, Duato, Flamand, Kéléménis, Malandain, Lestel, Childs et Ochoa…
Parallèlement en Juillet 2006, Gilles Porte participe à la création de la Compagnie Julien Lestel en tant qu’interprète et assiste celui-ci dans toutes ses créations.
C’est ainsi qu’en janvier 2008, il danse Les âmes frères dont Pierre Cardin accueille la création dans son théâtre à Paris et en juin 2009 il crée le rôle de Clifford dans Constance à l’Opéra de Marseille.

 

Un avant goût de la saison artistique de 2012

La venue de Julien Lestel et Gilles Porte permettra d’initier la résidence de création du prochain spectacle de Richard Digoué, Le Sacre du printemps, qui sortira en 2012 au centre culturel Tjibaou et unira sur scène 5 danseurs locaux et 5 danseurs de la compagnie Julien Lestel. Il sera diffusé en avant première lors du Festival Waan Danse les 10 et 11 novembre au centre culturel Tjibaou.

 

Richard DIGOUE

Danseur et chorégraphe

Richard Digoué fait partie de ces créateurs kanak qui ont considérablement innové dans leur discipline. On lui doit de nombreuses créations chorégraphiques.
Il est aussi à l’origine de la compagnie Nyian qui s’attache à former de jeunes danseurs et danseuses à la danse contemporaine, et à les préparer à la scène.

Danseur, chorégraphe, directeur de la compagnie Nyian, Richard Digoué a fait ses premiers pas dans les écoles de danse de Nouméa vers l’âge de douze ans. Il pressentait déjà que la danse allait prendre une grande place dans sa vie. La suite lui a donné raison, il en a fait son métier. De la tribu d’Unia à Yaté, dont il est originaire, au festival d’Avignon où il a présenté son spectacle, Nyian, la légende, en 2002, Richard a fait du chemin. Il a pratiqué la danse, en formation ou en représentation, en Côte d’Ivoire, à plusieurs reprises en France, à Fidji, au Vanuatu… Il a tiré de ces temps de travail à l’extérieur une expérience professionnelle qui profite déjà aux jeunes de Nyian.

« En ce qui concerne mon évolution chorégraphique, je me dirige vers un travail toujours plus contemporain, mais constamment en relation avec mes racines kanak. »

À peine sorti du spectacle d’ouverture du 4e Festival des arts mélanésiens, Richard Digoué plongeait dans la perspective du spectacle d’ouverture des Jeux du Pacifique 2011 présenté le 27 août dernier au stade Numa-Daly avec Isabelle de Haas. Entretemps, il honorait une multitude d’engagements allant de l’encadrement d’un groupe de danse pluriethnique au Dock socioculturel de Païta, à une participation à la 1ère édition en 2010 du festival Waan danse au centre culturel Tjibaou, en passant par une formation en écriture et notation de la danse à Poitiers.



Partager
Retour à Programmation
Accueil - Mentions légales - Plan du site - Contactez-nous
Fermer la fenêtre X